logo.png

Histoire de Terre Noire

Chapitre 1 - La prophétie :


En l’an 941 du calendrier de Navas, Le Roi Técléos, surnommé « bienveillance » par ses sujets, régnait sur le territoire de Dacre, du nom de sa propre dynastie. Son empire connu des grandes difficultés financières à cause de la violente guerre qui le confronta à son rival, le roi Theodahat et pour de nombreuses autres raisons de même. En cette période trouble, l’un de ses conseillers lui fit part d’une prophétie. En voici un extrait des plus intéressants.
“Sur les plaines, Dans le sang, la couronne perdra de sa splendeur,
Mais sur les mers, les anges voleront à son secours,
Au dela des cartes , par dessus l’horizon
Une terre inconnue lui redonnera éclat et vigueur
Récompenses infinies d’un voyage au long cours
Qui susciteront bien des trahisons”
Traduction du Dibran ancien
Entre les lignes de cette prose, le roi entrevit une réponse à ce qu’il espérait depuis fort longtemps. Il pensait que c’était une terre promise, qu’elle serait pour lui une source d’enrichissement et par là même de puissance. Il y trouverait alors les ressources nécessaires pour le renforcement de son armée, elles étaient maintenant à portée de main ! Ce n’est cependant qu’un an plus tard qu’il annonça officiellement l’envoi d’une flotte coloniale par-delà les océans. C’est donc en l’an 942 que marins, explorateurs, colons et aventuriers de toutes sortes affrétèrent des navires mis à leur disposition ; ces hommes, en quête de félicité, pensaient la trouver dans cette lointaine contrée pleine d’espoir. Chaque émigrant représentait alors autant de chance pour Técléos de renflouer ses caisses.
Chapitre 2 - La mission espoir :

L’armada se mit en branle rapidement afin d’implanter des comptoirs commerciaux le plus vite possible. Les sentiments de chacun étaient unanimes sur l’objet de cette mission, de tel sorte qu’elle fut identifiée collégialement par « la Mission Espoir ». À terme, La finalité de cette mission était d’instaurer des colonies et des ports marchands mais les centaines de vaisseaux naviguaient à l’aveugle. La flotte fut divisée en petits groupes de dix bateaux, chacun d’eux prenant une direction différente pour optimiser les recherches. L'un de ces convois était dirigé par le commandant Lysidès Caspellis, responsable de la flotte navale personnelle du roi. Son unité avait été surnommée « Convoi des Anges » du fait de ses hautes voiles blanches fines et élégantes semblables aux ailes des envoyés de Dieu. On sut plus tard qu'en réalité ce convoi portait très mal son nom.
Le commandant Caspellis n'était pas un fervent défenseur de la cause royale. Plutôt opportuniste, il s’était porté volontaire pour prouver sa valeur et ses compétences. S’il réussissait, il espérait une promotion à la tête de l’armada royale. Son objectif étant d’en restaurer la puissance selon sa propre vision. Son état était certes des plus lamentable. Ladite puissance navale pourrissait à cause de l’incompétence de ses capitaines. En outre, le protocole et l’étiquette ne l’intéressaient guère. Il n’admirait que le courage de ses soldats et il considérait le reste comme n’étant qu’un ramassis de pleutres et de couards.
Les historiens se sont rappelés de Caspellis car il fut l’un des rares à survivre à l’aventure. La majorité des convois ne revinrent jamais. Coups de tabac et grosses tempêtes eurent raison de la moitié de la flotte, plongeant les corps de milliers de familles au fonds des abysses. La famine et les mutineries achevèrent l’autre moitié. Malgré des stocks de choucroutes, de citrons et de bières d’épinette, le Scorbut avait emporté nombre d’hommes, ravageant les équipages et scellant ainsi tristement leur sort. Puis… Un beau matin, une année après le départ d’une partie de sa flotte, le roi eut le ravissement d’apercevoir un frêle esquif portant son blason et qui entrait dans sa baie. Les nouvelles étaient bonnes. Le convoi des anges avait accosté en des terres paradisiaques. La mission était un succès !
Chapitre 3 - La fin d'un règne :
La fin d'un règne
Un premier site, « Port Royal », fut établit en hommage à Técléos puis un deuxième, « port de l'Espoir", en souvenir des familles disparues en mer. Peu de temps après, une colonie fut installée et placée sous l’autorité du Commandant Caspellis. Les premiers temps donnèrent raison à ceux qui croyaient que cette gigantesque île était la terre promise de la prophétie. Elle fut donc nommée « Terre bénie ». À chaque aurore, des bateaux chargés d'épices et de pierres précieuses partaient en direction de l'Empire Dacre.
Ce territoire tenait ses promesses. L’empire devint florissant grâce à cette profusion de richesses. C’est dans cette perspective sereine de l’avenir que le roi Técléos mourut. N’ayant pas de fils, il légua son trône à son neveu Micléo. Le peuple comprit rapidement que celui qui avait relevé le royaume de sa misère et lui avait apporté la prospérité n’aurait pas de succession de la même trempe. Ignorant le sens des mots « patriote » et « loyauté », le roi Micléo n’était qu’un aristocrate perfide dont la seule qualité était d’être bien né ! Préférant donc les mondanités à la diplomatie, il dilapida une bonne partie de l’argent du royaume en soirée aussi superbes qu’inutiles. Grâce à l’habileté de vrais diplomates, issus de l’ancienne génération, Dacre put cependant négocier un traité de paix avec l’empire Thanatique. Une importante part des richesses de Terre Bénie, une amputation du territoire et un don de serfs calma l’ardeur belliqueuse de l’ennemi. Acheter l’adversaire pour éviter la mise à mort, « une pure réaction de lâche ! » s’insurgèrent beaucoup. Par cette décision, Micléo crut se mettre à l’abri de toute agression… Il avait omis de prendre en considération ses vassaux, outrés cette atteinte grave à l’honneur de Dacre. Son édit de paix laissa un arrière-gout de haute trahison au sein de la population.
Mort du Roi
Chapitre 4 - La discorde :
Les commerçants ployaient sous le poids des impôts royaux. Les importations et les exportations s’avéraient des activités dangereuses économiquement parlant. Si un navire sombrait, la taxe était dût par principe. Dur de rentabiliser un déficit… Ce régime fiscal se montrait d’autant plus injuste que la quasi-totalité des transports se destinaient à l’empire lui-même. En 945, une ultime hausse des taxes fut le point de rupture de la patience du peuple. Toujours aussi opportuniste, le commandant Caspellis en profita pour proclamer l'indépendance de Terre Bénie. Il fut soutenu bien entendu par la milice locale, les marchands. Mais plus surprenant, les vassaux du roi le firent également. Ils avaient enfin trouvé l’occasion de montrer au roi leur mécontentement.
Fou de rage, Micléo voulu envoyer sa flotte en représaille. Mais tous les officiers de marine lui firent défaut et se rallièrent à la cause de Caspellis. Désappointé, mais non pas moins riche, le roi utilisa les dernières ressources du royaume pour obtenir les services de corsaires. Toutes ces années d’oppressions fiscales avaient rendu les caisses regorgeantes d’espèces sonnantes et trébuchantes. Tel un essaim, tous les pirates disposant du cachet royal leur donnant le fameux statut de corsaire fondirent sur Royal et Port de l'Espoir. Le jeune Etat ne put résister, si bien qu’en quelques semaines à peine, l’empire Dacre contrôlait les océans. Symboliquement, Micléo ordonna de réduire en cendre le port de l’Espoir. Les troupes rebellent se replièrent hors de portée des tirs ennemis. Ils ne purent qu’admirer, plein d’amertume, les fantastiques moyens que l’ennemi avait déployés. Pendant 3 jours, un rempart de navire de tous bords encercla le port des jours durant envoyant foison de flèches enflammées en direction des bâtiments, ne disparaissant qu’une fois sa triste besogne effectuée.
En repartant, ces pirates ne voyaient plus qu'une fumée noire et une couche de suie sur l'île.. si bien qu'ils dirent à Micléo "Terrebénie est devenue TerreNoire".


Chapitre 5 - La terre bannie :
L'Histoire eu vite fait de parler de ce jour comme celui durant lequel " les pirates de Micléo ont détruit l'Espoir"... Et au delà de la boutade, il y a là une vérité sous-jacente, car dans le même temps, le versatile et cupide roi Micléo vendait à son ennemi d'hier, le roi Théodahat, l'emplacement exact de TerreBénie, rebaptisée alors par le roi : TerreNoire en souvenir des plages noircies par la poudre et la suie des incendies criminels. Afin de tirer un trait définitif sur ce passé douloureux, en 946, le roi promulgua la « loi de bannissement ». L'île fut alors reniée, et quiconque y foulait la terre était alors banni de l'Empire. En 946 le roi promulgua une loi pour appuyer sa décision : Elle fut appelée la loi de bannissement: "Quiconque a mis un pied sur TerreNoire, ne pourra plus jamais le mettre ailleurs."
Une terre, un héritage...
Caspellis ne s'en soucia pas plus, il développa cité après cité, domaine après domaine, une nation militaire des plus hiérarchiques, et évidemment au sommet de l'Etat, lui même. Suivant les préceptes militaires, l'organisation politique était tellement figée qu'aucun conflit n'éclata sous son règne. Mais au fil des années, un climat de suspicion se dégagea dans les hautes sphères militaires pour savoir qui allait succéder à Caspellis.
Les officiers notamment redoutaient que Caspellis nomment son propre fils à la tête du pays. Ils admiraient le courage du père mais se refusaient à l'idée d'une dynastie, car la filiation par le sang, aussi pur et courageux fut elle ne faisait pas partie de la tradition militaire.
Quand aux chevaliers qui avaient participé à l'expédition et qui s'étaient installés, ils espéraient, eux, au contraire, que l'armée abandonne au plus vite le pouvoir afin de refaire fructifier leurs affaires. Mais tout n'était pas si simple. On notait chez les chevaliers deux camps. Ceux, qui, fidèles à la couronne, regrettaient amèrement d'avoir été renié par le Roi Micléo, et rejetaient clairement la faute sur Caspellis. Et d'autre part, ceux qui tout en ayant de profonds ressentiments à l'égard de Caspellis, étaient indignés de la double trahison du roi, à savoir son pacte avec l'ennemi, et le châtiment qu'il avait ensuite fait payer aux habitants de TerreNoire.
Les premiers, les fidèles, restaient le plus discret possible et attendaient avec impatience la mort de Caspellis. Les seconds, pas moins impatient, n'était pas pressé de voir Caspellis disparaitre tant qu'ils étaient certains que le pouvoir reste aux mains des militaires. Certains, plus rares, étaient de ceux qui se réjouissaient de l'indépendance de TerreNoire, mais espéraient que celle-ci connaisse un système politique avec un pouvoir plus partagé au sein de l'aristocratie.
Les gens du peuple, eux, auraient soutenu, pour la plupart, le choix de Caspellis, quelque soit la façon dont celui-ci finisse sa vie. Mais ils n'en n'eurent pas le temps. A la fin du printemps 954 du calendrier de Navas, le commandant Caspellis et son fils furent exécutés sous les ordres du sous-commandant Paer Tohm, pour motif de trahison envers l'Etat. Il était reproché à Caspellis d'avoir écrit un testament dans lequel il avait légué le pouvoir à son fils au lieu d'organiser un vote. Nul ne sait si le testament en question fut réellement écrit de la main de Caspellis. Quoi qu'il en soit, ce matin là, et pour la première fois, TerreNoire se retrouva sans Dirigeant politique, ...
mais avec bon nombre de prétendants, ce fut alors le début d'une immense guerre civile...
Chapitre 6 - Le morcellement de l'île :
Après l'exécution de Caspellis et de son fils, une rumeur se propagea sur l'ile à laquelle le bas peuple croit avec ferveur. On dit que Jun est encore vivant et qu'il aurait la preuve que Paer Tohm avait tout manigancé.
L'homme se serait proclamé par la suite Commandeur et aurait donc pris le pouvoir sur l'ile, appuyé par le conseil militaire. Il apparait alors au devant de la scène et projette ses ambitions de croissance et de prospérité pour l'ile.
Se faisant, il invite par de nombreuses missives les seigneurs à rejoindre la puissante armée des Anges qui contrôle le territoire. Il se montre particulièrement dur envers les autres guildes de l'ile, surtout vis à vis des Royalistes. Le chef de la guilde des Royalistes, Agylus de Tournon, a répondu à la missive du commandeur de façon incendiaire et a menacé Paer Tohm qui a fait de même par la suite. C'est le début de longues tensions entre ces deux alliances, et surtout de grandes confrontations pour se voir à la tête de l'ile.
Le seigneur Paer Tohm reçu un émissaire des Caspellistes pour négocier avec celui-ci. Suite à un débat enflammé, l'envoyé de Jun a tenté de tuer le commandeur, mais a échoué et se fit exécuter.
Les seigneur Délées Capodei de l'ordre des Fils des Navas a envoyé une missive au seigneur Paer Tohm où il condamna les négociations que le commandeur a voulu entreprendre avec les Caspellistes. En conclusion, il demande l'ouverture d'une enquête sur la mort de Jun, chose que Paer Tohm refuse fermement. Paer Thom demandera alors au Capodei de s'excuser officiellement pour ces propos. S'il s'excuse, le commandeur s'engage à offrir au culte de Navas la protection des Anges.
Le Capodei refuse de s'excuser et maintient ces propos.
Un nouveau coup dur pour le commandeur qui voit son pouvoir et sa position fragilisée. De nombreuses guildes dont celle des Ombres de Thanatos voient là un moyen efficace de renverser les instances en place.
Le commandeur Paer Tohm a officiellement ouvert l'Agora, une assemblée démocratique où tous les seigneurs peuvent s'exprimer. Il a également mis plusieurs règles et fait par cela de ce lieu, la place tournante des négociations de l'ile. Cela tend à réduire le sentiment d'antipathie qui était largement partagé, mais certains craignent qu'il ne s'agisse là, que d'un écran de fumée.
Le seigneur Agylus de Tournon a officiellement créé une assemblée, le Concile, dans le but de concurrencer l'Agora et où les seigneurs qui refusent le pouvoir de Paer Tohm pourraient s'exprimer librement. En réponse, Paer Tohm a fermement condamné la nouvelle assemblée et a déclaré que les seigneurs qui s'y rendraient seraient coupables de haute trahison.
Le Capodei Délées a officiellement déclaré l'alliance de l'ordre des Fils de Navas avec les Royalistes et son adhésion au Concile.
Paer Tohm a immédiatement réagi en menaçant le Capodéi une nouvelle fois.
Agylus de Tournon a réussi a prendre un des domaines de Paer Tohm. Désormais ce territoire appartient aux Royalistes.
Suite au coup d'éclat d'Agylus de Tournon, Paer Tohm a ouvert une session extraordinaire à l'Agora pour décider avec les Pairs de l'assemblée quel devrait être la réaction de l'armée des Anges. Agylus de Tournon a envoyé un émissaire pour appeler à l'ouverture d'une enquête sur la mort de Jun. Paer Tohm lui a répondu qu'il le ferait seulement si le chef des Royalistes ouvrait un vote à l'Agora en demandant une enquête sur la mort de Jun et si celle-ci était acceptée par les Pairs.
Agylus de Tournon a donc demandé officiellement l'ouverture d'une enquête sur la mort de Jun à l'Agora. S'ensuivit une période trouble... La guerre civile qui avait commencé selon certains depuis l'exécution de Caspellis commençait à prendre de plus grandes proportions.
Tandis que certains se livraient combats afin de trouver des éléments sur l'enquête en cours, d'autres trouvaient là un chemin à emprunter pour leurs ambitions personnelles.
Une nouvelle guilde vit alors le jour, la Confrérie de Thémis, qui s'affirme neutre dans ces évènements mais dont tous essayeront de lier des contacts afin d'améliorer l'opinion public et d'autres aspects politiques.
L'enquête, elle, suivait son cours, et l'on découvrit après l'exhumation du corps du présumé Jun, qu'il s'agissait de son frère jumeau. Cela ne faisait que rajouter du flou dans l'esprit des gens, mais il était en tout cas officiellement reconnu que Jun était encore bel et bien vivant. Izard déclara lors du procès qu'il avait tué Jabu , le frère de Jun, sur ordre de Paer Tohm et que celui-ci le prenait pour le seul et unique héritier de Caspellis.
L'issue de cette enquête fut perturbée par des rumeurs grandissantes et notamment celle d'une invasion future de l'ile par l'armée Thanatique.
Les Ombres (soutien insulaire de l'Empire Thanatique) furent montrées du doigt et furent aussi la cible de bien des seigneurs.
Les alliances étaient pourtant bien éphémères.
Une lutte acharnée se livra entre les Ombres et les Anges, pendant que leurs émissaires essayaient de rallier à leur cause les forces présentes sur l'ile.
Des rumeurs circulent et des découvertes comme des actes de propagande se multiplient. Il est difficile de séparer le vrai du faux. La confiance à l'un des deux bords est difficile à gagner. Tantôt, les Anges sont en puissance, tantôt ils sont dépassés.
Un violent raz de marée viendra balayer les côtes Est de l'ile, laissant de côté pour ses victimes la politique actuelle et ne demandant que de l'aide.
Puis vint la période des grandes batailles, les tensions à leur comble, de nombreux conflits éclatèrent et il fut difficile, durant cette période, de trouver de l'ordre sur l'ile. La préparation de l'invasion fut sans égale : Des guerriers infiltrés sur l'ile, sans doute avec l'aide des ombres de Thanatos, réussirent à faire exploser des centaines de charges sur l'ensemble des bâtiments des plus grands seigneurs de l'ile.
L'arrivée de l'empereur Théodahat, patriarche des ombres de Thanatos, semblait imminente, un phare fut érigé pour tromper la flotte adverse, un projet ambitieux qui ne servit au final qu'à occuper ses constructeurs.

L'armée Thanatique débarqua et la grande bataille des prétendants souffla sur Terre Noire, le vent d'une nouvelle ère.
Chapitre 7 - La bataille des prétendants :
Le grand jour était arrivé. Comme prévu, et comme toutes tragédies, c’est à l’aurore que les acteurs se mirent en branle. Les combattants s’armaient. D’abord timide, les chants de guerre s’élèveraient prochainement au dessus de la plaine jusqu’à tuer le silence comme définitivement. Les Te Deum sonnaient comme des complaintes éternelles pour ces guerriers qui s’en allaient périr, poussés par l’alcool, enorgueillient par des promesses d'héroïsme, et flattés par des discours patriotes, faisant appel au moins autant au cœur qu’à la haine.
Les vallons sur lesquels allaient se dérouler la bataille étaient comme des trônes pour les deux investigateurs du massacre. Paer Tohm , commandeur de l’armée des anges est maitre en TerreNoire. Théodahat est, quant à lui, leader des ombres et dirigeant du plus grand Empire du monde connu. L’un des deux devait tomber. Des seigneurs alliés avaient envoyé à chacun quelques garnisons. Le Capodéi Délées était venu bénir les soldats du gouverneur. Mais, suivant le souhait du commandeur, cette journée devait rester celle de deux chefs de guerre. Un duel pour l’honneur.. Un duel pour l’Histoire .. un duel.. pour l’île.. Ou un duel pour la vie tout simplement.
Les étendards blanc faisaient contraste avec les oriflammes noirs qui recouvraient le vallon d’en face. Le commandeur savait que le moment d’incarner le défenseur de l’ile et de ravir à jamais le titre de héros à son prédécesseur était arrivé. Les forces numéraires étaient égales, mais le moral restait du côté des ombres. Depuis leur arrivée sur l’ile, bon nombre de massacre avaient été perpétré et bon nombre de domaines avaient été rasé. Mais c’était leur terre et leurs familles que les hommes de Paer Tohm allaient défendre.
Une nuée blanche.. une vague noire.. la scène ne prêtait pas au lyrisme et pourtant les images resteraient dans les mythes. Un dernier hurlement et les clairons se firent entendre afin d'annoncer le commencement de la grande bataille.
L’histoire retiendra environ 50 000 hommes de chaque côté, mais moi qui était là , je vous le dis.. il y en avait bien plus.. Tous les esprits de l’ile étaient de la bataille ce jour là. Tous les corps tombés dans les conflits d’hier, toutes les âmes maudites se retrouvèrent ce jour pour régler de vieux comptes. De là où j’étais, en observateur neutre de la scène, je sentais toutes les querelles du monde se résoudrent dans la poussière, le sang, les cris et la chair. Les anges contre les ombres, telle était la scène manichéenne que retiendra l’histoire et pourtant, tout est tellement plus complexe. Dans un atmosphère lourd, rien n’est plus compréhensible.. on aperçoit ça et là des scènes qui sortent du théâtre tout au plus.
Un groupe de cavaliers arrive à toute allure et piétine des fantassins.. mais des lanciers se couchent et transpercent leurs montures.. Au sol, leurs vies ne valaient déjà plus rien. Une pluie de flèches s’abat sur une horde de guerriers, réduits au rôle de lapins. Un torrent de folie bat le fer avec un ouragan de haine. Un porte-étendard se fige dans la bataille, c’est son frère qui vient de tomber à côté de lui, tandis que de l’autre côté, un chevalier retient à lui seul une dizaine de mercenaires. C'est Izard ! Celui qui avait déjà sauvé successivement Caspellis puis Paer Tohm.. est aujourd'hui encore au côté du gouverneur.. Se battant pour l'ile.. et pour ses idéaux.. sa bravoure et sa technique sont impressionnantes, il en met deux au sol, en décapite un autre , reprend sa course, s’élance et vlam.. Il serait encore un héros si cette maudite flèche ne lui avait pas transpercé le dos… Au lieu de cela, il deviendra une légende.. Les glaives tombent, les armures se fendent, les corps se brisent… l’Histoire s’écrit.
La chute d'Izard avait plus que déstabilisé l'armée des anges. Ce vaillant général, sous commandeur de l'armée, avait une aura qui dépassait le simple cadre de la hiérarchie et du pouvoir. Il était pour certains comme un dieu de la guerre... Sa mort , aussi anodine aurait-elle pu paraitre au milieu des milliers de cadavres qui s'amoncelaient dans les champs, eut un retentissement terrible, si bien que certains purent croire que la bataille allait s'arrêter là.. L'armée des anges battaient en retraite sous le choc.. Tous rejoignaient le flanc de la colline où était perchées l'escouade du gouverneur. Mais étrangement, les ombres de Thanatos ne les poursuivaient pas.. Elles s'arrêtèrent, laissant s'enfuir l'ennemi et repartant à son tour dans une incompréhension générale.. Que se passait-il ?
C'est alors que tout à coup, une troisième force apparue.. une immense armée.. .. tout juste en face du poste d'observation d'où j'écrivais mon rapport.... Certains combattants sont comme pétrifiés, stupéfaits par cette arrivée impromptue, d’une force militaire qu’ils ne soupçonnaient même pas l'existence.. On ne voit pas encore de fanions ou d’écus pouvant permettre d’identifier sous quels ordres sont ces guerriers. Manifestement, aucun des deux camps ne les attendaient.. et ceux qui ont encore les jambes pour le faire.. fuirent d'autant plus vite. Quand soudain , deux immenses poutrelles de bois sont brandies, et est alors hissée une majestueuse voile bleue… qui révèle enfin.. C’est bon.. ils sont là.. ils sont arrivés … me dis je, alors que dans l’incompréhension la plus totale.. les quelques troupes qui restent debout battent en retraite, chacune de leurs côtés…
... le magnifique étendard de l'Empire Dacre ! L'armée officielle du Roi Micléo était sur l'ile.. Et à sa tête, Micléo Dacre lui même ! Menant fièrement une armée sortie de nulle part.. une armée titanesque, majestueuse, gigantesque .
Une page se tournait définitivement. L'ile n'était plus bannie, elle était de nouveau convoitée et devenait le théâtre des conflits continentaux.. TerreNoire devenait le centre du monde.
Chapitre 8 - Une nouvelle ère :
Micléo Dacre, fort de sa nouvelle autorité imposée par une armée impressionnante, tenta de renouveler un ordre sur l'ile autour de lui, mais les guildes indépendantistes et les ombres rejetèrent rapidement celui-ci. Pourtant, ce dernier avait réussi là où tous les autres avaient échoués. Il réussit à installer la paix sur l'ile.
La fin de l'édit de bannissement
Suite à sa prise de contrôle militaire, Micléo décréta naturellement la fin de l'édit de bannissement de l'île. A la surprise générale il n'en réclama pas le contrôle. Mais face à Paer Tohm et Théodahat il faisait valoir sa légitimité comme gouverneur de ce territoire qui selon lui revenait de droit à l'Empire Dacre. Plus que tout il voulait le procès de Paer Tohm et l'exil de Théodahat.
Ainsi il y avait 3 Empereurs pour un trône..
La fuite
Devant la crainte d'être traduit en procès, Paer Tohm se fit de plus en plus discret jusqu'au jour où les anges officialisèrent sa fuite à contre coeur. La maison ange venait de subir un coup d'arrêt, mais quelques chevaliers profitèrent pour réorganiser leur guilde et développer une nouvelle stratégie.
La coalition? Dans l'ombre se tramèrent de grandes négociations, où chacun tentait de créer la coalition gagnante, celle qui permettrait avec tels alliés, gagner ici, et tels autres, garder par là, accéder au pouvoir et former une majorité militaire suffisante. Les tractations allaient dans des sens si différents que beaucoup se perdaient dans les idéologies remaniées ci et là. Mais une coalition, une alliance, finit par sortir de ces discussions de couloirs : L'alliance Tripartite Micléo Dacre, Leader des Royalistes, Jun Caspellis, Leader des Caspellistes Capodéi Délées, Leader des fils de Navas avaient réussi à trouver un terrain d'entente.
La révolte des indigènes